51y8uelh2el-_sx293_bo1204203200_

 

Editions : Héraclite

Paru en : mars 2018

Nombre de pages : 204

En savoir plus : Amazon / Héraclite

 

 

 


Une oeuvre intemporelle

 

Résumé : Vivre dans l’insouciance, courir d’auberge en auberge, de château en château, de femme en femme, tel est le quotidien d’Arnault Chanteclair, libre troubadour. Un jour pourtant, Arnault sera rattrapé par la portée de ses actes, par sa légèreté. Accroché à son bâton de pèlerin, il partira alors en quête du Pardon qui, seul, pourrait le sauver. Lui montrant le chemin, des hommes et des femmes jalonneront son parcours et lui feront porter le poids de leur propre fardeau, de leur propre quête, comme Déaclumia qui lui demandera de devenir pour lui messager de la Miséricorde. Main tendue vers le Pardon, l’Amour, et vers Dieu, Lustica est un magnifique conte médiéval philosophique, dont la beauté, la simplicité, font toute la force. Dialogue entre le visible et l’invisible, entre les vivants et ceux qui ont déjà traversé la mort, ce livre peut venir nous rejoindre au plus intime de nous-même. Lustica est préfacé par Luc Arbogast, troubadour des temps modernes plusieurs fois disque de platine, rendu célèbre par l’émission « The Voice », en 2013. Il est également postfacé par Norman Russel, chercheur honoraire en théologie à l’Université d’Oxford, et bénéficie d’un mot d’Emmanuel Castelli.

Voilà une lecture bien étrange, qui m’a envoûtée au point que je ne saurais en parler convenablement. J’écris cette chronique avec la crainte de ne pas parvenir à retranscrire la lumière qui en émane.

Tout d’abord, qu’est-ce que Lustica ? Le livre a beau avoir été publié en 2018, ce n’est pas une histoire du XXIe siècle, ce n’est pas de la littérature contemporaine. Elle aurait pu être écrite huit siècles avant et réunit bien des thèmes de la littérature médiévale. Le langage utilisé en témoigne également.

Préfacé avec justesse par l’artiste Luc Arbogast, c’est d’abord un roman d’apprentissage, dans lequel « grandit » (dans son sens spirituel) le personnage principal, Arnault Chanteclair. Troubadour aimé des femmes et du vin, il est porté par sa liberté. Vagabond, il ne s’attache à rien ni personne et vit aventures et rencontres avec inconséquence. Il méprise la religion et le pouvoir. Il est l’observateur de son monde. Si au début il ne recherche que son bien-être personnel, ses errances l’entraînent progressivement sur des chemins plus escarpés qui lui permettent de s’élever spirituellement et d’accepter sa destinée. Il est question de Dieu, de Miséricorde, de Pardon. Dans l’univers médiéval, cela résonne juste. Il est d’ailleurs plutôt audacieux de faire de ce troubadour un sceptique avant l’heure – du moins au début de son périple.

Arnault Chanteclair est une personnification de la légèreté. Celle-ci n’est pas un élément forcément positif. Paradoxalement, le troubadour devra pour s’élever accepter sa pesanteur, celle des vies qui lui sont confiées, celle des conséquences de ses actes. S’il est primordialement le Mât, il devient Bateleur, l’arcane de la transformation. A moins que ce ne soit l’inverse…

Lustica est aussi un conte. Comme tous les contes, le lecteur évolue dans un univers aussi enchanteur que cruel. On y croise des personnages étranges : une sorcière, un nain bossu, des seigneurs irascibles. Les rencontres sont nombreuses et courtes, Arnault Chanteclair ne s’y attarde pas et quand bien même, on meurt aisément dans Lustica. On y meurt violemment, qu’on soit gente dame, enfant juive, jeune orfèvre ; on meurt de lèpre, ou sous la torture, ou les yeux arrachés.

Lustica est aussi un récit de femmes. La femme est un élément essentiel dont on conte l’histoire, jamais heureuse. Elle prend les traits de la dame, de l’enfant juive, de la sorcière, de la servante, de la bonne soeur, de la fille de joie, de la jeune femme naïve. Omniprésente.

Enfin, il est fascinant de constater que la « faute » originelle, celle d’Arnault à l’égard de Brunelhide, correspond au début de son cheminement, bien qu’il n’en soit pas conscient, jusqu’à ce qu’il y soit ramené. Amusante aussi, l’histoire du parfumeur et de sa femme, qui fait écho d’une certaine manière à celle du Sire de Beausécourt.

Vous le comprendrez, Lustica mériterait une analyse bien plus longue et approfondie, mais je crains de dénaturer cette oeuvre singulière et puissante. Quoi qu’il en soit, elle restera longtemps dans mon esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s