41yvl2bqd6jl

 

Genre : littérature contemporaine

Editions : Autoédition (Books on Demand)

Paru en : 2017

Nombre de pages : 284

En savoir plus : Amazon

 

 


Une belle découverte

 

Résumé : Chaque matin se recomposait la ligne de force du foyer, cathédrale vivante aux rythmes bigarrés. Du salon parvenaient les habituelles insultes et menaces. Vicky restait calme. Calme et belle dans ce tumulte cacophonique, dans cette forêt d’âmes, dans ce bouquet de vies.

Encore un livre qui devrait faire taire les anti-autoédition, car la plume de Marcus Honig est d’une grande qualité. L’auteur nous invite à entrer dans un foyer très particulier, rempli de personnages un peu « fous », en marge du monde « normal ». Entre autres, il y a Philippe, premier personnage à apparaître dans le récit. Handicapé, amnésique, n’ayant qu’un oeil et plus de dents, il est cependant attachant. Il y a également Vicky, responsable du foyer, qui vit par procuration ; Anne la directrice anorexique ; et René, Marthe, Francine, Stéphane, Diairmaid… Enfin, il y a Annie, nouvellement embauchée, obèse et fumeuse de gauloises.

Parallèlement, une autre histoire se déroule, celle de la famille Lequart, dont la fille de 16 ans est enceinte. Naturellement, les deux histoires s’entremêlent, l’une permettant de comprendre l’autre. Marcus Honig jongle avec brio entre les deux récits. Au point qu’une question se pose : qui est le personnage principal ? Cela n’a rien d’évident, tant l’auteur explore les différentes facettes de chacun. Annie et Philippe semblent les héros désignés de l’histoire, mais n’est-ce pas plutôt Vicky, observatrice des intrigues qui se déroulent dans le foyer, ou encore Madame Lequart, observatrice de sa famille défaillante ?

J’ai été agréablement étonnée par la faculté de Marcus Honig à se placer dans la peau de ses personnages féminins. Cela n’a rien d’évident. La maternité notamment est un sujet complexe à aborder, et l’auteur le fait avec délicatesse et authenticité, sans jamais forcer le trait. De même, les personnages pourraient paraître facilement caricaturaux et ne le sont jamais, peut-être parce que l’auteur-narrateur les décrit hors de tous jugements moraux.

Un bémol ? La fin, un peu attendue. Mais à bien y réfléchir, il semble difficile de conclure autrement.

Bref, une très belle découverte que cette plume mélodieuse, plume de conteur. Et l’envie de découvrir les autres écrits de Marcus Honig.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s