51ce6duhycl

 

 

Genre : littérature contemporaine, drame

Editions : autoédition (Kindle) Favre (broché)

Paru en : 2014

Nombre de pages : 224

En savoir plus : Amazon

 

 

 

 


Courir à en tomber

 

Résumé : Sarah est parfaite, trop parfaite. Pourtant, enfermée dans une vie oppressante où la course est perpétuelle, elle finit par perdre pied, jusqu’à remettre en cause le sens même de son existence. Parfois on tombe est l’histoire d’une femme qui touche le fond. Puis se relève. C’est aussi l’histoire de ce qui est essentiel et de ce qui compte vraiment.

Un roman poignant, au style percutant, où s’expriment tristesse et colère. Et puis, au bout du chemin, l’espoir. Parfois, il faut tomber pour mieux se relever. Ce livre montre jusqu’où peut aller une personne qui semble sans problèmes lorsqu’elle se sent surmenée, dépassée par les événements du quotidien et déconnectée de ses proches. Dans un monde qui n’a jamais été aussi stressant et individualiste, où il semble de plus en plus difficile de trouver un sens à nos vies, l’histoire de Sarah pourrait être celle de chacun de nous.

Gris. Plomb. Glace. Ainsi commence le roman. Trois mots qui résonnent et se répondent pour résumer le présent de Sarah.

Sarah court. Tout le temps, trop vite, sans avoir le temps de regarder le paysage, en laissant derrière elle un mari et une enfant. Elle court par habitude, par écoeurement, parce que ce qu’elle vit ne lui convient pas, pour ne pas s’arrêter sur elle-même.

Entre course d’endurance et sprint, il faut choisir. A force de courir, trop vite, trop mal, Sarah est tombée. Et le vide qu’elle redoutait l’a engloutie.

Parfois on tombe. A cause d’un geste d’énervement malheureux, Sarah a perdu ce qu’elle a de plus cher : sa fille et son mari. Il ne lui reste que son travail de professeur des écoles, qu’elle n’aime pas. Le vide qui l’environnait la recouvre, jusqu’à ce qu’elle choisisse l’exil pour se retrouver. C’est dans son passé d’étudiante en Chine qu’elle va trouver sa rédemption. Le départ est nécessaire, vital, inéluctable.

L’auteur nous fait ainsi découvrir des contrées lointaines, qui dépaysent le lecteur autant que le personnage. Peu à peu, on se familiarise avec cette faune chinoise, on se réapprend tandis que Sarah se ressource. La plume de Solène Bakowski, vibrante d’authenticité, est admirable dans sa manière de plonger au plus profond de chacun des personnages, pour en extraire tour à tour la suie et l’étincelle.

Parfois on tombe. Puis on se relève.

Voilà ce que nous apprend l’histoire de Sarah.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s