415n8hbc-7l-_sx331_bo1204203200_

 

Genre : recueil de nouvelles

Editions : autoédition

Paru en : 2017

Nombre de pages : 150

En savoir plus : Amazon

 

 


Les Nouvelles Métamorphoses

 

Résumé : Et si vivre un drame nous donnait la chance de renaître ? Onze personnages changent soudain pour le meilleur, après une épreuve : obligée de renoncer aux objets précieux de son enfance, une étudiante les transforme de manière flamboyante ; les blessures d’une adolescente ouvrent de nouvelles fenêtres, l’amour conduit un homme et une femme au-delà des normes pour se trouver eux-mêmes, un criminel accepte sa peine pour trouver la rémission, un cauchemar modifie à jamais le travail d’une biologiste pour mieux soigner, une tornade météorologique déclenche une vocation lumineuse, une religieuse quitte les ordres appelée par la philosophie, ou encore en pleine guerre civile, des camps ennemis se sauvent mutuellement la vie… Et la narratrice recueille ces métamorphoses positives pour dépasser un deuil à son tour. Inspirées d’histoires vraies, mais ouvrant la porte au fabuleux et à la poésie, ces nouvelles captent l’instant précis où la nuit s’évapore.

Suivant Eluard pour qui « la nuit n’est jamais complète », La nuit s’évapore conte, ou plutôt écoute, dix histoires. La narratrice principale se fait non pas voix mais oreille, réceptacle de dix métamorphoses. À travers ces vies qui sont pour elle autant de fenêtres ouvertes, elle cherche son chemin de résilience.

A chacun son histoire et sa musicalité. Le feu, l’eau, l’arbre, la poésie, la philosophie… sont autant d’éléments déterminants. Parfois, c’est la rencontre de l’autre qui initie et permet le passage d’un « je » à un autre « je ». Ce peut être aussi un événement, anodin mais essentiel, qui engendre le déclic et la métamorphose salutaire. Il s’agit de faire le deuil d’une vie passée pour en accueillir une nouvelle, accepter un changement en soi, « deviens qui tu es ». Une quête de soi-même.

Autant de voix qui s’expriment, une plume unique pour les réunir et les transformer, donner à ces expériences personnelles un goût de mythe et une sensorialité particulière par l’importance donnée aux goûts, aux odeurs, aux sons. La narratrice relie entre elles des sensations d’une manière qui ne viendrait pas à la plupart. L’ensemble en est mélodieux et sensuel, quelle que soit l’histoire. La plume est belle, d’une certaine noblesse et d’un grand caractère.

Etudions la couverture. Quelle est cette eau dans laquelle avance le personnage ? Serait-ce « l’eau verte du Léthé » ? Le personnage est-il l’ombre d’un mort qui souhaite oublier son passé ? Car il s’agit bien, sans l’occulter totalement, de se délester d’un passé douloureux et de l’ombre d’une morte, son amie disparue… Yola qui, dans la dernière histoire, traverse enfin le Styx…

Un long périple pour la narratrice à la recherche de sa métamorphose, et un message d’espoir pour qui accepte le changement perpétuel qu’est la vie.

Magnifique.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s