20368827_1826641647650798_2815900488797189214_o-300x300Aude, pour commencer, quelques mots sur votre parcours ?

J’écris depuis douze ou treize ans. Les éditions du Petit Caveau ont publié une novella que je leur avais envoyée pour un appel à textes gothique et nous avons inauguré leur collection avec Noces d’éternité. Un an plus tard, j’ai commencé à m’audoéditer en essayant de ne pas tomber dans les travers que je reproche à l’autoédition.

Présentez-nous vos livres…

Il y a donc Noces d’éternité au Petit Caveau, Les Sempiternels, un pulp qui arrive chez Walrus et Le Portrait sang, une novella gothique prévue pour 2018, encore au Petit Caveau.

En autoédition, nous avons Faiseur de rêve (fantasy contemporaine), Cœur sommeil (romance gothique), Autoédition, en avant ! (guide de survie de l’autoédité.e) et Vies et morts, un recueil de nouvelles SFFFH, tout frais pour cet Halloween.

J’essaie, autant que possible, de diversifier mes personnages : féministe muette dans l’Angleterre victorienne, couple de personnes de même sexe, doux rêveur, romance entre personnages de deux classes sociales différentes…

Depuis combien de temps vous consacrez-vous à l’écriture ? Y a-t-il eu un déclic particulier ?

J’écris depuis une bonne douzaine d’années. Entendre par là dans le but de m’améliorer et d’étoffer des univers qui dorment dans ma tête depuis parfois cinq, six ans. Pas de déclic, seulement l’envie de raconter des histoires que je ne trouvais pas dans le commerce, mais je pense que pas mal d’écrivains sont dans ce cas…

Quels auteurs ou œuvres vous ont inspirée ?

Jules Verne reste mon auteur favori. J’ai grandi avec ses livres. Aujourd’hui, avec le recul, quand j’ouvre un de ses bouquins, je me rends compte du travail titanesque qu’il a fourni. Ses descriptions sont riches, on a l’impression d’y être. Ses décors sont une invitation au voyage. D’ailleurs, je lui ai fait un clin d’œil dans une nouvelle de Vies et morts : une frégate volante s’appelle le Sulituan ; il s’agit du Nautilus à l’envers.

Vous officiez essentiellement dans la SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique). Qu’est-ce qui vous attire dans ce genre littéraire ?

La création d’univers, je pense. Je peux créer mes planètes, imaginer le futur, remonter dans le temps, voir de nouveaux horizons. J’adore combiner des légendes au monde contemporain, les actualiser, et surtout, j’aime à me dire qu’il reste des choses inexpliquées.

Pourquoi avoir choisi l’autoédition ? Après plusieurs publications, quel bilan en faites-vous à titre personnel ?

L’autoédition, c’est bien, à condition de ne pas considérer les autres autoédité(e)s comme des concurrent(e)s. Mais ceci est un problème à l’échelle du milieu de l’édition, je pense. À ce titre, nous avons créé, avec Julien Morgan, un collectif d’auteurs hybrides : Les Hybrides. On ne prétend pas pouvoir redorer le blason de l’autoédition qui, il faut bien le dire, regorge de mauvais livres, mais peut-être essayer de montrer que c’est loin d’être une solution de facilité.

L’autoédition m’aura appris à être plus rigoureuse et à reconsidérer la chaîne du livre. Je fais appel à un(e) illustrateur/trice dès que mes moyens me le permettent, par exemple. Créer Les Hybrides est une façon de nous entourer, en tant qu’autoédités, et de faire partie d’un tout, plutôt qu’individualiser cette pratique que certain(e)s qualifient volontiers de honteuse, ridicule ou déplacée vis-à-vis des éditeurs.

Avez-vous des rituels particuliers lorsque vous écrivez ? Ou un moment privilégié dans la journée pour écrire ?

Ce n’est un secret pour personne, j’écris essentiellement entre 5h30 et 7h30. J’ai cogité toute la nuit sans m’en rendre compte et le matin, les mots doivent sortir.

Des conseils à donner à un auteur débutant ?

C’est toujours délicat de donner des conseils à un auteur débutant. Chacun est différent et ne perçoit pas l’écriture de la même manière. Je lui dirais sans doute de ne rien précipiter et de ne pas envoyer un manuscrit non abouti aux éditeurs, de bien se renseigner sur ceux-ci et sur le milieu de l’édition en général.

Avez-vous des projets en cours ?

Plusieurs, oui. Rien de très abouti pour l’instant. Les idées suivent leurs cours, certains romans avancent au rythme d’un escargot neurasthénique, mais je sors d’une période de bouclage pour Vies et morts, alors je vais mettre un peu entre parenthèses et me consacrer à des projets plus légers.

 


Cette interview vous a plu ?

Vous souhaitez en savoir plus sur l’auteur et ses livres ?

Twitter : @aude_reco
Facebook des Hybrides : https://www.facebook.com/leshbds/
Twitter des Hybrides : @leshbds
Livres disponibles sur la boutique en ligne de l’auteur, Amazon, Kobo/Fnac et YouScribe. (Numérique et papier.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s