51nht0cdgcl

 

Titre complet : Charlie 17 ans : sous la vague Charlie Hebdo

Genre : littérature contemporaine

Paru en : 2016

Nombre de pages : 174

En savoir plus : Amazon

 

 

 


Résumé : « Je m’appelle Charlie. Oui. Je sais ce que vous vous dites. Exactement comme les 66 millions de français, et le bon milliard de nos soutiens à l’International. Je m’appelle Charlie, sauf que moi c’est pour de vrai. » Charlie Legendre, a 17 ans. Elle n’a jamais compris pourquoi ses parents l’avaient appelée Charlie. Sauf que le 7 janvier 2015, son prénom se fait l’écho du drame qui vient de se produire. Sami Bensouda a 17 ans aussi, et l’évènement le plonge au coeur d’une société en quête d’elle même, et de ce « nous » rendu si fragile. Alors, face aux réactions de leurs proches et amis, l’un comme l’autre ils vont tenter de faire face à la violence de l’instant, et à la question brûlante de l' »Après-Charlie ». *** « Charlie, 17 ans » est le roman témoin et apolitique des évènements de Charlie Hebdo, de cette jeunesse qui se cherche, avec ses doutes, ses contradictions aussi, mais surtout forte de ses plus grands espoirs.

Près de trois ans après la mort de Charb, Wolinski et tant d’autres, je me décide enfin à lire le premier roman de Nina Frey.

Dès les premières pages, je me replonge malgré moi dans cette journée du 7 janvier 2015. Je me souviens que j’étais chez moi, que je n’avais pas allumé la télévision de la journée, comme à mon habitude. C’était une journée anormalement normale, c’est ce que je me suis dit après coup. S’il n’y avait pas eu cet événement, c’eût été seulement une journée normale. Mon mari est rentré à la maison et les premiers mots qu’il a dit « Il y a eu un attentat à Charlie Hebdo » m’ont glacée. Quand il a ajouté le nom des morts : Charb, Cabu, Wolinski, etc, j’ai eu un blanc. Parce que, contrairement à l’héroïne de Nina Frey, moi Charlie Hebdo, je connais. Je ne manque jamais un numéro et je ne compte pas le nombre de livres de Wolinski et Cabu que nous avons à la maison. Parce que ce sont presque des êtres familiers pour moi.

Vous croyez à une digression ? Ce n’est pas le cas. Car le roman de Nina Frey a le mérite de replonger le lecteur dans sa journée personnelle du 7 janvier 2015. Dans ce jour anodin pour tous, anodin aussi pour Charlie Hebdo quand ceux qui allaient mourir quelques heures plus tard se sont levés le matin pour aller au journal. Un gouffre qui s’ouvre, immense, béant, ce que retranscrit avec force l’auteur.

Charlie 17 ans présente deux témoignages entremêlés : celui de Charlie Legendre, lycéenne de 17 ans qui souhaite devenir journaliste, et celui de Sami, lycéen de 17 ans et musulman, un terme dont la définition n’a rien d’évident pour lui. D’un côté, une certaine innocence qui rêve d’égalité et de liberté d’expression ; de l’autre, le tiraillement entre les convictions familiales et religieuses et les « valeurs » de la démocratie française. Et de toutes parts, tant de personnes pour donner leur avis, et d’une certaine manière condamner Charlie Hebdo.

Charlie 17 ans se fait l’écho d’une jeunesse sans icône qui, réfugiée dans une sacralisation des valeurs démocratiques, se trouve déboussolée face à la violence. Une jeunesse qui refuse la violence, vit avec mais d’une certaine manière la nie. Veut la nier en tout cas. Le ton est celui de l’adolescence, apolitique, idéaliste, humaniste. C’est une lecture qui fait sourire l’adulte et qui fait peine en même temps. Un panorama très net de la nouvelle génération et de son regard sur la société.

Un livre poignant qui permet aux adultes de ne pas oublier, aux adolescents de faire entendre leur voix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s