419sd1zjeal-_sx323_bo1204203200_

Genre : Littérature contemporaine

Editions : Albin Michel

Paru en : août 2017

Nombre de pages : 180

En savoir plus : Amazon

 

 

 


 

Mon avis

Résumé : « Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie », Alfred de Musset. 

Attendu comme chaque année, le nouveau roman d’Amélie Nothomb est sorti fin août et, comme chaque année, aussitôt sorti aussitôt dans ma bibliothèque.

Frappe-toi le cœur, lu en une heure ou deux à peine, me laisse perplexe. On retrouve le ton inimitable de Nothomb, sa plume décalée, son regard distant par rapport à l’humain, qu’elle aime à disséquer pour mieux le comprendre. Toutefois, je dois dire que ce roman, que j’ai aimé, ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Pourquoi ? Je suis pourtant une inconditionnelle d’Amélie et de ses romans. Peut-être la récurrence de certains sujets et surtout de certains personnages… Il y a Diane, le personnage principal, qui semble en dehors de tout et de tous. Si Diane s’attache à certaines personnes, elle vit cependant ses relations avec un certain détachement. Sa vie amoureuse est réduite à néant, elle travaille trop, elle est très belle et très maigre. Autant de caractéristiques qui sentent le déjà lu. De là à y voir une personnification de la perception qu’a l’auteur d’elle-même, il y a un pas que je ne franchirai pas…

Les personnages secondaires font également écho à d’anciens romans d’Amélie. La jalousie maternelle et la relation mère/fille sont au cœur de ce roman ; le cœur aussi a son importance, puisque c’est l’organe que choisit d’étudier Diane. Les blessures de l’enfance se réveillent à l’âge adulte pour Diane, avec Olivia, une amie qui semble en tous points différente de la mère, et pourtant… Le propos est intéressant mais, si la souffrance engendrée par cette jalousie est bien exprimée, la résilience de Diane l’est moins. De plus, la fin est un peu attendue, pour le lecteur averti.

Cependant, Frappe-toi le cœur est un roman plaisant, distrayant, qui se lit vite et bien, auquel on pourrait simplement reprocher d’appliquer une recette qui a fait ses preuves mais qui aujourd’hui est éventée.

A noter qu’Amélie a pris le contrepied d’une de ses vieilles habitudes en choisissant des prénoms classiques à ses personnages : Diane, Marie, Nicolas, … Par manque d’imagination ? Certainement pas, et les premières phrases le prouvent : « Marie aimait son prénom. Moins banal qu’on ne le croyait, il la comblait. » qui montrent qu’Amélie peut aussi jouer avec ses propres codes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s