Lolita, Vladimir Nabokov

Le sourire aux livres

Si je devais me rappeler mes premiers émois amoureux lorsque j’avais 13 ans, je penserai à Aurore et ses légères tâches de rousseur sur les joues, ses yeux verts quand il faisait soleil, ses yeux gris quand il pleuvait. Je penserai à Vinciane et ses cheveux bruns, son sourire et sa main dans la mienne, moite de sueur à l’idée de l’embrasser. Je penserai à Clémence, ses cheveux blonds et son grain de beauté au menton, à la pénombre de la salle du cinéma et ses doigts qui frôlaient les miens, en priant que la séance ne s’arrête jamais. Ces amours de jeune adolescent m’ont longtemps hanté, et je sais que bien des fois je les ai inconsciemment recherchées à travers d’autres filles, d’autres femmes, à essayer de retrouver la sensation d’un ventre qui se tord d’excitation et de peur quand la bouche s’avance, à admirer la danse du soleil…

View original post 804 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s