Chanson douce, Leïla Slimani

Featured Image -- 555

Genre : Littérature contemporaine

Editions : Gallimard

Paru en : 2016

Nombre de pages : 240

En savoir plus : Amazon


Mon avis

Résumé : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Il y a des livres, ils sont rares, dont on ne sait quoi dire, car rien de ce qu’on en dirait ne serait à la hauteur de ce qu’on a lu. Chanson douce en fait partie.

« Le bébé est mort ». Première phrase, quatre mots et le ton est donné. Le premier chapitre est d’une indicible violence, la suite du roman d’une profonde humanité. Le lecteur, omniscient et impuissant, assiste au déroulement de l’histoire en en connaissant le dénouement. C’est cruel, implacable, irréversible.

Sous la plume de Leïla Slimani, le personnage à deux visages de Louise se dessine. C’est qu’elle échappe à toute interprétation, la nounou, elle fuit, se faufile et personne ne parvient à la cerner. Certains événements de sa vie apportent une lumière mais autant d’ombres avec elle : un mari ombrageux et médiocre, une fille encombrante qui, par contraste, s’enfuit un jour sans dire un mot. Et Louise, spectatrice de tout, spectatrice de sa vie et de celle des autres, elle qui observe, qui voit et qui se fond dans l’autre comme elle peut. Qui s’immisce dans les foyers parce qu’elle n’a pas d’autres choix. Louise et sa solitude, atroce. Louise et sa pauvreté, et ses envies de tout ce que les autres ont et qu’elle n’a pas.

Cette Louise-là s’émerveille des possessions d’autrui (maison, vacances, enfants) et demeure d’une indifférence pathologique à l’égard de sa propre vie. Face à elle-même, elle reste imperturbable, les yeux fixes et sombres, froide comme une statue. La mort de son mari ne la touche pas, non plus que la disparition de sa fille ; elle rencontre Hervé et n’envisage même pas de construire sa vie avec lui. Tout cela pour Louise n’existe pas, elle est dans un processus d’existence différée, un circuit fermé qui la contraint à ne vivre qu’à travers ses patrons. Le lecteur sent déjà dans ce fonctionnement les prémices du drame final.

L’histoire de Louise, comme celle de son amie Wafa, est une histoire qui ne se raconte pas, qui n’appartient qu’à Louise. C’est l’histoire des gens que la pauvreté et la solitude ne permettent pas d’avoir une identité. Le lecteur sait ; jusqu’au bout, il est le seul « complice » de Louise, le seul qui pourrait témoigner des raisons de son geste. Pour tous les autres personnages, la nounou est jusqu’au dernier chapitre un mystère.

Chanson douce, ou quand la douceur du foyer familial se transforme insidieusement en huis-clos dramatique. Myriam et Paul, les parents, travaillent tous les deux. Ils aiment leur travail, ils aiment leur vie, et progressivement ne peuvent plus se passer de Louise qui leur permet de vivre ainsi qu’on l’aimerait tous, sans les contraintes du domestique. Petit à petit, elle s’impose. Myriam et Paul recadrent comme ils peuvent, mais ils ne peuvent et ne veulent se mettre dans la peau de Louise. La pauvreté effraie, met mal à l’aise, dérange ; ils ne veulent pas la voir. Ils ne veulent pas imaginer qu’au-delà de l’employée, c’est une femme qui se tient devant eux.

La plume de Leïla Slimani est discrète, d’une simplicité appréciable qui laisse au lecteur la liberté d’habiter le roman. Un point me gêne dans ce roman, un seul : la conjugaison. Celle-ci m’a déboussolée, on passe du présent à l’imparfait au passé composé, de manière impromptue et pas forcément justifiée, ce qui gâche la fluidité du récit.

Certaines choses nous laisse sur notre faim également. Les personnages auraient mérité d’être davantage développés, au-delà du cadre familial. Les portraits de chacun, hormis Louise, sont un peu vite balayés. Certains événements sont évoqués, puis oubliés, comme l’ambiguïté naissante entre Myriam et Pascal. Est-ce délibérément que l’auteur effleure des surfaces pour mieux les laisser en suspens ? Je le pense. De même, la fin du roman s’avère frustrante pour le lecteur, qui attend une explication, le déroulement exact du drame, le déclencheur soudain qui fait glisser Louise de nounou aimante à infanticide. Bien sûr, il y a ce désir d’un nouvel enfant, le désir non pas d’être mère mais que Myriam et Paul fasse un enfant à Louise. La formulation est révélatrice. Il n’est pas certain que Louise aime les enfants ; elle aime, semble-t-il, davantage ses patrons. Elle ne vit que par procuration. Mais cela n’explique pas tout. Et le livre s’arrête, laissant le lecteur dans ses incompréhensions, sans chercher à y répondre à tout prix.


Une plume à découvrir, un livre sublime. Ouvrez-le, lisez « Le bébé est mort », soufflez un grand coup car probablement, à la fin du premier chapitre, vous refermerez brusquement le livre en disant « Je ne peux pas le lire. »

Et, mû par on-ne-sait-quel instinct désagréable, vous poursuivrez. Vous le lirez d’une traite, vous le fermerez et vous resterez des jours entiers avec Louise au fond des yeux.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s