La couverture d’un livre

Lucie Coutant

Les couvertures de romans possèdent généralement un grammage de 240 g à 300 g. Certaines publications, comme les BD, ont une couverture plus épaisse et rigide.

Le papier rigide des couvertures est couvert d’un pelliculage, généralement sur les côtés extérieurs (1ere et 4eme de couverture). Le pelliculage sert à protéger la couverture et à la conserver en bon état. Il peut être brillant (dans la majorité des ouvrages) ou mat (ce qui offre une texture « peau de pêche » très agréable au toucher).

Certains imprimeurs proposent du relief, une couverture à rabats… mais cela a un coût supplémentaire, bien sûr !

Par exemple, le vernis UV 3D sélectif permet de mettre en relief une partie de la couverture. Même chose pour les couvertures à embossage. Ces techniques donnent à la couverture un rendu superbe, mais elles sont onéreuses. Si vous imprimez votre livre pour votre seul plaisir, octroyez-vous ce plaisir…

View original post 190 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s