Interview de Nicole Larrue, poétesse

Lucie Coutant

13083094_998701773546016_8702356492527426630_nNée en 1941, en pleine guerre mondiale, Nicole Larrue connaît une enfance difficile et misérable. Devenue institutrice, elle part exercer en Algérie en 1962, juste après l’indépendance et revient en France en 1974. 

Après vingt-deux ans d’un mariage malheureux, elle trouve enfin le courage de divorcer et trouve le réconfort auprès de ses enfants et petits-enfants. 

Elle est l’auteur de plusieurs recueils de poésie : « La fin de l’automne », « Comme un goût de cendre », « L’écume des souvenirs » et « Les couleurs du poète ».

1/ Pouvez-vous vous nous en dire plus sur votre parcours ?

J’ai 75 ans. Je suis professeur des écoles à la retraite. J’ai enseigné douze ans en Algérie après l’indépendance puis à Nantes, dans un quartier sensible. Divorcée, j’ai trois enfants et cinq petits-enfants.

2/ Pourquoi avoir choisi d’écrire de la poésie ? Envisagez-vous de publier également en prose dans l’avenir ?

Je n’ai pas choisi la poésie…

View original post 285 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s