Anna

Lucie Coutant

Anna

Mon pays blanc,

Je suis

Comme lui :

Aux couleurs tranchées

Sur les dalles enneigées

– Le noir se voit mieux.

Moskva,

Ma ville

En deux tons.

Contraste :

La pâleur d’un visage,

Le noir d’une robe,

La neige enfin

A mes cheveux d’ébène;

Femme en deux tons,

Russe.

A Moskva,

Ville de peine et de nostalgie,

C’est beau.

Très beau

Mais je rêvais mieux.

Et je patiente,

J’effleure la neige

Sans pouvoir m’y allonger.

Je compose mes visages,

Me tient droite,

Sourit en songeant

Comme un second dialogue

Que je meurs

Déjà.

Et même seule

Sur les glaces de Moskva,

L’oeil vers la grande église,

Je n’ose

Me laisser tomber.

Le givre du pays blanc

Est aussi en moi.

Cependant,

Une brûlure

Que je ne chante pas,

Un homme en deux tons

Qui se navre de tout.

Je l’attends encore,

Il est parti mais reviendra.

Et quand il…

View original post 25 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s